Le rayon de Noël est ouvert ! Soyez prêts à temps :
Jours
Heures
minutes
secondes
Dr. Phyto N°97 Juin 2016

Voir les archives du Dr. Phytos

Le traitement des cultures légumières

Le vol des puceron de la carotte (Cavariella aegopodii) risquent de commencer très prochainement, surveiller les parcelles de carottes à la levée pour détecter leur présence. Ces pucerons provoquent une crispation des cotylédons et des premières feuilles. Traiter si possible avec un produit spécifique.

Concernant la mouche du chou sur chou et navet, poursuivre les traitements tous les quinze jours sur les cultures de navets et sur jeunes cultures de chou, si elles n'ont pas été traitées au semis. Attention sur navets, arrêter les traitements au moins quinze jours avant la récolte.

Sur haricots, deux maladies redoutables à savoir le Botrytis et le Sclérotinia sont à surveiller par temps chaud, on effectuera un traitement préventif par temps chaud.

Pour la mouche de l'oignon sur poireau, renouveler la protection, pour les parcelles n'ayant pas reçu de traitement au semis, avec un insecticide au semis.

Pour le Doryphore de la pomme de terre, il est encore trop tôt pour intervenir efficacement, de nombreux autres insectes étant susceptibles de contaminer les cultures dans les jours à venir.

Pour ce qui concerne le mildiou de la pomme de terre, si des températures anormalement élevées pour la saison sont observées, il faut commencer les traitements dès maintenant. On utilisera de préférence un fongicide systémique, c'est-à-dire un fongicide qui est absorbé par les feuilles et véhiculé dans toute la plante par la sève, ce qui présente l'avantage de ne pas être lessivé par la pluie ou par les arrosages contrairement aux fongicides de contact telle que la bouillie bordelaise sensible au lessivage.


Le traitement des arbres fruitiers

La chenille défoliatrice ou cheimatobie est une chenille arpenteuse verdâtre de 10 à 30 millimètres.
Elle peut provoquer des dégâts importants d'avril à juin sur merisier, pommier et peuplier… Les bourgeons en cours de débourrement peuvent être détruit, les feuilles sont d'abord perforés de larges trous, puis il ne subsiste que les nervures. Des traitements peuvent être envisager.

Sur pommier, on peut observer un puceron très caractéristique, il s'agit du Puceron lanigère, il est facilement reconnaissable par la présence d'une masse cireuse. Ce puceron est considéré comme très grave car il provoque des galles sur rameaux. Traiter de façon préventive..

LE CARPOCAPSE, les premiers vols commencent d'habitude fin mai, des traitements ovicides (destruction des œufs) pourront être entrepris très prochainement afin de détruire les œufs. Ces traitements sont intéressants car ils sont peu toxiques pour les insectes auxiliaires pollinisateurs.

TAVELURE SUR POMMIERS ET POIRIERS : Continuer les traitements

OÏDIUM SUR POMMIERS : Maintenir la protection

OÏDIUM SUR PECHER : Maintenir également la protection


Le traitement des rosiers

Le mois de mai est extrêmement important pour avoir tout au long de l'année des rosiers sains avec une floraison abondante jusqu'au mois de novembre pour les variétés remontantes.
Le rosiers est sensible à quatre maladies (la rouille, l'oîdium ou le blanc, la maladie des tâches noires et le mildiou) et deux ravageurs (le puceron vert du rosier et les acariens ou araignées rouges).
Il est absolument indispensable de traiter de façon préventive, c'est-à-dire avant l'apparition des premiers symptômes. Je ne saurai trop vous conseiller de traiter dès que possible avec un fongicide et un insecticide. Concernant l'insecticide, le DECIS présente une efficacité remarquable sur pucerons, acariens et les chenilles défoliatrices. Quant aux fongicides, les produits "MALADIES DU ROSIERS", à base de myclobutanyl ou de propiconazole présentent une excellente efficacité sur les maladies citées ci-dessus.

TOUS CES TRAITEMENTS SONT A RENOUVELLER TOUS LES 2 A 3 SEMAINES

Concernant la fertilisation, j'utilise personnellement avec succès un engrais spécial rosier, riche en magnésium, élément dont le rosier est fort consommateur. Si vos rosiers présentent une teinte jaune, entreprendre dès maintenant un arrosage copieux au pied avec le produit anti-chlorose (type SEQUESTRENE) à raison de 20 à 30 grammes par sujet.


Le traitement des arbres, arbustes et conifères

Sur lauriers, on observe actuellement les premières tâches d'oïdium ou blanc. Ce champignon microscopique appelé Spaerotheca pannosa, provoque une déformation du feuillage accompagné de perforations et rend la plante inesthétique. Traiter dès maintenant avec un fongicide à savoir SYSTHANE, ces traitements sont à renouveler comme pour les maladies des rosiers toutes les trois semaines.

Sur thuya, on commence à observer un dessèchement partiel du feuillage : Traiter dès maintenant avec le produit dépérissement du thuya, à renouveler environ toutes les 3 semaines à un mois.

Pour les Rhododendrons, commencer les traitements avec de l'ALIETTE pour lutter contre une maladie vasculaire appelé Phytophthora cinnamomi. Le traitement consiste à arroser au pied des sujets à raison de 10 grammes d'Aliette par pied. Le produit devra être dilué dans 6 litres d'eau. Cette maladie peut entraîner dans certains cas la mort du végétal. Ce traitement doit être renouvelé tous les mois.
Le Rhododendron, plante acidophile ou calcifuge, ne peut pas absorber dans certaines conditions le fer présent dans le sol surtout si le Ph(H20) est supérieur à 5,8. Procéder à un arrosage au niveau du pied avec le produit anti-chlorose à raison de 20 grammes par pied. A noter que toutes les plantes de bruyère ou acidophile comme le Camellia, les Bruyères, les Pieris, les Hortensias, les Magnolias, etc, sont très avides de fer. N'hésitez pas à les arroser avec du Séquestrène de fer (Produit anti-chlorose) en préventif avant qu'elles ne commencent à jaunir.

Un conseil : Certaines variétés de Rhododendrons sont très sensibles à un puceron vert. En cas de présence de ce parasite, n'hésitez pas à effectuer un traitement avec un insecticide de choc. Ce puceron peut provoquer la déformation des feuilles et entraîner un blocage de végétation.

Par ailleurs, en raison des températures et de l'humidité, on observe déjà de forte pullulation de pucerons. Je ne saurai trop vous conseiller de traiter.

Pour les conifères appartenant à la famille des Epicea (conifères de rocailles) et les Sapins bleus (Koster), traiter sans attendre avec un acaricide spécifique. Demander conseil à votre vendeur.


Continuez vos plantations

Grâce à la culture en conteneur (en pot), vous pouvez planter sans aucun risque quant à la reprise durant toute l'année.
On veillera à effectuer un trou de plantation deux à trois fois plus large que le diamètre du conteneur. On prendra soin d'enrichir la terre servant à reboucher avec un engrais de fond du style SCORIE POTASSIQUE ou avec de l'OR BRUN. Prévoir une cuvette afin d'arroser. On veillera à apporter immédiatement après plantation dans la cuvette 10 litres d'eau à renouveler tous les deux à trois jours durant une semaine de façon à éliminer les poches d'air au niveau du système racinaire.


Le désherbage

Ne vous laissez pas envahir tout au long de l'année par les mauvaises herbes. Il est encore temps d'appliquer les différents herbicides.

Pensez aussi aux solutions alternatives, très efficaces ponctuellement (désherbeur thermique, binage, eau chaude, ...)


· 1°/ Le désherbage des allées

Plusieurs spécialités commerciales sont à votre disposition pour le désherbage des allées et des abords. Je vous conseillerai plus particulièrement d'utiliser à cette époque le KID ALLEE et le produit renfermant de l'Isoxaben, de l'oryzalin et du glyphosate. Ces deux herbicides sont extrêmement intéressants car ils permettent de détruire les mauvaises herbes en place grâce au glyphosate et d'empêcher la levée des mauvaises herbes dans le sol grâce aux produits anti-germinatifs qu'ils renferment. De plus, ils présentent l'intérêt de pouvoir être utilisés à proximité immédiate des arbres, arbustes et des conifères de même que des gazons en toute quiétude sans pour autant provoquer de dégâts contrairement au chlorate de soude.

· 2°/ Le désherbage des massifs

Après avoir enlevé les mauvaises herbes en extirpant soigneusement les racines, appliquer un herbicide spécialement conçu pour cet usage de préférence sur un sol non motteux et légèrement humide.
L'application proprement dite est prépondérante pour la réussite d'un bon désherbage chimique. Les herbicides conditionnés sous forme de micro-granulés devront être épandus de façon homogène en évitant une trop forte concentration de micro-granulés au niveau du collet des végétaux , ce qui pourrait provoquer une altération des écorces et du bois des arbres et des arbustes. En ce qui concerne les herbicides pouvant être utilisés en pulvérisation, il est indispensable d'utiliser, quant au matériel de pulvérisation, des buses à jet pinceau ou miroir.
Dans tous les cas, suivre scrupuleusement le mode d'utilisation indiqué sur l'emballage. Pour les massifs composés de plantes vivaces, on préférera le Ronstar TX.

· 3°/ Le désherbage sélectif des gazons.

Si ce n'est déjà fait, vous pourrez commencer à traiter vos gazons pour lutter contre les différentes mauvaises herbes. Si vos gazons sont envahis de trèfle ou de pâquerettes, on utilisera de préférence une spécialité renfermant l'association Fluroxypyr-clopyralid- 2 4 M.C.P.A : demandez conseil à votre vendeur.
Un bon conseil ! Traiter 4 à 5 jours après une tonte et attendre 5 à 6 jours après l'application pour tondre.
Traiter de préférence par temps calme afin d'éviter que des embruns n'arrivent pas en contact avec les arbres, arbustes et fleurs, etc.


Le traitement des cultures légumières

Le traitement des cultures légumières

Le vol des puceron de la carotte (Cavariella aegopodii) risquent de commencer très prochainement, surveiller les parcelles de carottes à la levée pour détecter leur présence. Ces pucerons provoquent une crispation des cotylédons et des premières feuilles. Traiter si possible avec un produit spécifique.

Concernant la mouche du chou sur chou et navet, poursuivre les traitements tous les quinze jours sur les cultures de navets et sur jeunes cultures de chou, si elles n'ont pas été traitées au semis. Attention sur navets, arrêter les traitements au moins quinze jours avant la récolte.

Sur haricots, deux maladies redoutables à savoir le Botrytis et le Sclérotinia sont à surveiller par temps chaud, on effectuera un traitement préventif par temps chaud.

Pour la mouche de l'oignon sur poireau, renouveler la protection, pour les parcelles n'ayant pas reçu de traitement au semis, avec un insecticide au semis.

Pour le Doryphore de la pomme de terre, il est encore trop tôt pour intervenir efficacement, de nombreux autres insectes étant susceptibles de contaminer les cultures dans les jours à venir.

Pour ce qui concerne le mildiou de la pomme de terre, si des températures anormalement élevées pour la saison sont observées, il faut commencer les traitements dès maintenant. On utilisera de préférence un fongicide systémique, c'est-à-dire un fongicide qui est absorbé par les feuilles et véhiculé dans toute la plante par la sève, ce qui présente l'avantage de ne pas être lessivé par la pluie ou par les arrosages contrairement aux fongicides de contact telle que la bouillie bordelaise sensible au lessivage.


 
Voir la version bureau